FLASH INFO
Menu
javascript
22/12/2017
PAGNE MADE IN BENIN
Les pagnes tissés, une richesse à valoriser
Masques du Bénin / Artis

Dénomination : ADJOKÊ
Adjokê est un mot nago qui signifie quelque chose de précieuse qu'on doit en prendre so
 
CÉLÉBRATION DU ''MOIS DE L'HISTOIRE DES NOIRS'' AU BÉNIN
02/02/2020 Ignace NATONNAGNON
 
TOURISME
Mélina Seymour, Coordinatrice générale du mois de l'histoire des noirs en Afrique
Pour la reconnexion des afro-descendants avec leur culture
L'embarcadère d'Abomey-Calavi est désormais le symbole du retour des arrières petits-fils et petites-filles d'esclaves affranchis plus de trois siècles plutôt. A l'appel de Mélina Seymour pour la célébration du '' Mois de l'histoire des noirs'' au Bénin,  ils ont massivement répondu présent aux côtés de leurs frères et sœurs pour un moment unique  de rappels, d'emotions, de mea culpa, de réconciliation et surtout d'engagement mutuel pour un futur radieux
Avec un décor parsemé d'œuvres d'arts, la mode vestimentaire locale dominante sans oublier un village circonstanciel exclusivement dédié aux produits agroalimentaires réalisés au Bénin, l'embarcadère d'Abomey-calavi a totalement subi une métamorphose, le temps du lancement d'un événement unique en Afrique. C'est parti pour 29 jours de célébration du '' Mois de l'histoire des noirs'' en Afrique et au Bénin. 

Nostalgique et symbolique retour

Le lancement a été fait ce 1er février 2020 en présence des autorités politico administratives, des invités venus d'horizons divers surtout de l'autre côté de l'Océan Atlantique. Cette étendue d'eau salée, qui sépare l'Afrique de l'Amérique a servi de canal durant un peu plus de trois siècles à la déportation de dizaine de milliers d'esclaves africains vers le nouveau monde. Ce samedi 1er février, Mélina Seymour, à la tête d'une forte délégation a effectué le retour symbolique à l'embarcadère d'Abomey-Calavi. Ils sont chaleureusement accueillis par le Maire Georges Bada dans un tonnerre applaudissements où, certains invités n'ont pu s'empêcher de couler des   larmes.  

Des messages forts et poignants 

Dr Charles Dossou Ligan, responsable de la  coordination nationale du ''Mois de l'histoire des noirs'' a remercié l'initiatrice de l'événement avant de poursuivre. << ... Au-delà des stéréotypes cauchemardesques et des considerations maléfiques portées à l'africain, il y a bien des valeurs intrinsèques en l'Afrique qui méritent d'être valorisées. Et, la commune d'Abomey-Calavi par son implication dans la promotion de cette initiative qui couvre tout le mois de février est dans cette dynamique. Elle reste en effet, un des porte-flambeaux de la restauration du potentiel économique, intellectuelle, sociale, culturelle et cultuelle des peuples noirs d'Afrique....>>
Dans son allocution, Mélina Seymour, coordonatrice générale du ''Mois de l'histoire des noirs'' en Afrique dira qu'il s'agit d'un véritable devoir de mémoire. Plus loin, elle déclare : << ... Il ne s'agit pas de remuer le couteau dans la plaie  par rapport à l'esclavage ou à la déportation, mais pour une prise de conscience des afroafricains de la diaspora, à signer leur ''come back home'' c'est à dire leur retour au bercail afin de vivre ensemble cette chaleureuse humanité et hospitalité qui caractérisent l'Afrique, travailler ensemble pour le développement de ce continent qui regorge beaucoup de richesses et de potentialités, malheureusement déportées vers l'extérieur et non reconnues à leur juste valeur...>> 
Signalons que l'événement se déroule depuis 50 ans aux USA, 25 ans au Canada, 30 ans au Royaume-Uni et c'est la première fois qu'il est organisé en Afrique et l'honneur échoi au Bénin de l'organiser. A juste titre donc, Mélina Seymour a émis la doléance qu'au niveau national, des dispositions soient prises pour que le Bénin soit le premier pays de l'histoire en Afrique qui officialise le ''Mois de l'histoire des noirs''. Comme retombées, << ça apporte notre identité partagée, ça apporte de nouvelles devises  dans le pays, ça apporte une plus value à toutes les mamans qui vendent aux coins de la rue, ça apporte une tradition, une identité, ça apporte ce que nous sommes de façon intrinsèque...>> poursuit-elle. En attendant, elle affirme << Abomey-Calavi est le temple des afro descendants>>. 
  
Père et mère Jah, symboles d'un retour réussi

Tels des éclaireurs, ils débarquèrent au Bénin il y a pratiquement 22 ans, sur les traces de leurs aïeux. Totalement assimilés à la culture béninoise, ils sont désormais des citoyens à part entière et ont suscité des envies de retour chez d'autres martiniquais, guadeloupéens, afro américains... Fortement ovationnés à chaque évocation de leurs noms, le couple Jah a livré des  messages pleins d'enseignements. On retient que d'hier à demain, la route est encore longue et nous, nous avons une grande part de responsabilité afin que les cœurs se réconcilient malgré la déchirure et la distance. Faut-il le rappeler, la famille Jah a créé au Bénin depuis quelques années, l'école ''Ecolojah'' qui enseigne aux enfants dès le cours primaire, le vivre ensemble en harmonie avec la nature.  <<... Le retour se faisait déjà dans les pays grâce au prophète  Markus Garvey qui a dit ''back to Africa''. Nos frères et sœurs anglophones revenaient déjà en Afrique. Ça a été beaucoup plus difficile pour les francophones mais aujourd'hui, c'est accompli, il y a 21 ans grâce au père Jah et à notre famille. Ça se confirme avec l'événement que Mélina Seymour a organisé avec la présence d'autres familles qui arrivent à plein temps...>>, fait savoir la Mère Jah.

Au Père Jah de renchérir par un témoignage <<... C'est une grande réalisation. C'est vrai c'était notre souhait le plus profond, venir d'abord en pionniers pour que d'autres suivent. Aujourd'hui c'est une réalité. Pourquoi ? Parce que par notre histoire, par la réappropriation de notre histoire, c'est nous africains qui participons à faire  que le monde vive. Chaque fois que l'humanité a été en danger, ce sont les enfants, les fils d'Afrique qui ont réparé  ce qui se passait ailleurs. C'est pour réparer le continent américain que nous africains avions été déportés à cause de notre savoir, notre savoir-être, savoir-faire, savoir transmettre ce que nous avons de meilleur pour bâtir les Amériques et les Caraïbes. Notre apport, il est inestimable, que ce soit dans les connaissances, que ce soit dans les sciences, que ce se soit dans tous les domaines, l'Afrique a apporté à l'humanité. C'est pourquoi nous voulons faire ressortir notre histoire pour les générations pour qu'elles comprennent que l'Afrique est un creuset divin dans lequel on aura toujours à puiser  pour aller de l'avant. C'est en Afrique que tout a commencé, c'est en Afrique que tout doit continuer. Nous,  étant présent, le reste de la famille va rentrer parce que quand quelqu'un connait son histoire, il est rassuré de comment rentrer chez lui. Cette cérémonie est une cérémonie de confirmation du retour par cet embarcadère. Nous sommes partis d'ici et c'est ici que nous retournons pour continuer la route parce que notre route, elle  continue vers le divin,  parce que l'Afrique a une mission divine, c'est de pouvoir redonner l'orientation à toute l'humanité. Je suis heureux, quand  le coeur est ouvert, tout est ouvert...>>

Du 1er au 29 février 2020, pour le compte de cette première édition du ''Mois de l'histoire des noirs'' au Bénin, plusieurs attractions sont au programme. Ils s'agit des conférences sur diverses thématiques, des ateliers d'échanges, de partage et d'expériences, des activités culturels, artistiques, littéraires, touristiques sans oublier le festival international des danses et musiques afro caraïbéens, la grande cérémonie de distinction des bâtisseurs d'Afrique et la distinction des femmes noires influentes. La coupure du ruban et l'ouverture de foire ont mis fin à la cérémonie de lancement. La population est attendue sur le site pour profiter de toutes les merveilles de la science, de la  culture et de l'art béninois et africain en général. 
 
22/02/2020
APPRENTISSAGE DE LA DANSE À PLUS DE 500 ENFANTS
Les fondamentaux de la pédagogie enseignés aux professionnels
21/02/2020
APPEL À CANDIDATURE DU PROGRAMME SEMIS 19/20
Opportunité pour les auteurs et metteurs en scène
21/02/2020
6ÈME ÉDITION DU FESTIVAL "EFFET GRAFF"
Faire des murs du Bénin, des musées à ciel ouvert
16/02/2020
PROJECTION DU FILM ESPAGNOL "ADÙ"
Le Bénin, un héros perfectible
18/02/2020
CÉLÉBRATION DES 30 ANS DE LA CFVN
La CEB appelle à la vigilance
16/02/2020
NATHALIE HOUNVO-YÈKPÈ PARLE DU SPECTACLE "25 DÉCEMBRE"
"Le texte m'a plu dès la 1ère lecture"
16/02/2020
DE L'ANONYMAT À LA CÉLÉBRITÉ
''DJ sommet des sommets'' vit un rêve éveillé
15/02/2020
PROMOTION DE LA DESTINATION BÉNIN
L'AJTB portée sur les fonts baptismaux
12/02/2020
PROJECTION DU FILM ESPAGNOL ADÙ À CANAL OLYMPIA
Juste pour dire MERCI aux autorités béninoises
06/02/2020
PROJET ROUTE DES PÊCHES
La phase 2 autorisée pour un littoral attractif
06/02/2020
RETENU POUR LE MASA 2020
"Vodoun, mon identité", d'Oshala en pleine récréation
03/02/2020
LANCEMENT DU LIVRE "SIN LIHO"
Pour une meilleure gestion de l'or bleu
NOS PARTENAIRES
À PROPOS DE L'AGENCE JLC
Contact
Agence JLC - Cotonou (Bénin)
Téléphone: +229 +229 97 91 04 81 / +229 94 30 22 28
contact@jaimelaculture.info
agencejlc@gmail.com
JLC n'est pas responsable des contenus prevenant des sites extérieurs
JLC © 2018 -
Design by The Head Communication