FLASH INFO
Menu
javascript
22/12/2017
PAGNE MADE IN BENIN
Les pagnes tissés, une richesse à valoriser
Masques du Bénin / Artis

Dénomination : ADJOKÊ
Adjokê est un mot nago qui signifie quelque chose de précieuse qu'on doit en prendre so
 
CASTING FEUILLETON DEBORAH DE L'ORTB
30/12/2019 Henri MORGAN
 
CINÉMA
Florent Couao-Zotti insiste sur les répétitions
Le scénario du feuilleton DEBORAH est dialogué par l'écrivain Florent Couao-Zotti. C'est à ce titre qu'il a siégé au sein du jury lors du casting ce samedi 28 décembre 2019. Pour lui, le plus gros travail réside dans la discipline des répétitions pour amener les acteurs retenus à donner le meilleur d'eux-mêmes. Interview
Quelles sont vos premières impressions sur la performance des candidats ?

Lorsqu'on écrit un texte, c'est un exercice qui est empirique. On a toujours l'impression que les personnages se dessinent sous la plume qu'il suffit juste de les habiller pour qu'ils donnent consistance à ce que vous écrivez. Mais lorsqu'on passe à la phase du casting, il y a certaines données qui viennent se mêler de ce que vous avez projeté. J'ai toujours le sentiment quand je regarde les personnages ou les comédiens qui doivent incarner les personnages j'ai toujours le sentiment qu'ils leur manque quelque chose. Ce  quelque chose qui leur manque est  de mon point de vue indéfinissable, c'est vraiment indéfinissable. Je n'ai pas imaginé forcément les personnages tels quels dans leurs gestes dans leur mimique dans le moindre détail. C'est une vue d'ensemble que j'ai par rapport à ces personnages là et à chaque fois je me dis que les comédiens qui ont été choisis ne correspondent forcément pas à ce que j'ai imaginé. Maintenant sur le plateau c'est la capacité des acteurs à traduire toute la complexité psychologique des personnages, c'est cette capacité là qui va me convaincre. C'est cette performance qu'ils vont devoir déployer qui va me convaincre. Sinon je suis toujours au prime abord insatisfait par rapport au choix des comédiens qui ont été fait.

Est ce que ce n'est pas aussi que l'écriture est irréaliste ? Est ce que le personnage qu'on décrit dans l'écriture pourrait  forcément exister ? 

Vous savez, la littérature reste un espace d'émotions. Ça c'est la première des choses. Mais en plus, lorsqu'il faudrait figer des personnages en chair et en os, on a moins de recule. C'est à dire que c'est le metteur en scène qui finalement, avec ses collaborateurs, donnent de la consistance aux personnages en leur imposant le jeu d'acteur qu'ils doivent avoir. Une chose est d'écrire un texte, une autre est de le mettre en scène, le travailler, de rendre les acteurs par rapport aux rôles qu'ils doivent jouer.  C'est deux lectures complètement différentes. C'est pour ça que moi, j'attends toujours la mise en jeu des différents acteurs par rapport aux rôles qu'ils doivent interpréter. C'est à ce niveau-là que je peux être déçu, vraiment déçu ou que je peux être satisfait. Il est vrai qu'au départ je peux être déçu des acteurs qui ont été choisis mais le véritable travail se fait dans la restitution, dans la performance des différents acteurs. 

En conclusion pour les quelques heures que vous avez vécu avec jury, est ce que vous avez de l'espoir qu'il aura la crème de la crème après la sélection ? 

Quand on fait ces genres de projets, on vise la performance à tous les niveaux. On dit très bien qu'une réalisation cinématographique ou une série télévisée c'est avant tout le scénario plus le casting. Si les deux sont bien faits il n'y a pas raison que le film ne soit pas à la hauteur des attentes. Donc c'est les deux choses qu'on est en train de faire et si on réussit ça , je pense que on aura atteint notre objectif. Les acteurs ou les comédiens qui ont été choisis aujourd'hui vont dans ce sens là. Maintenant il s'agit de leur attribuer les rôles qu'il faut, de les faire travailler parce qu'il faut les faire travailler. On a tendance ici en Afrique à négliger les répétitions. Il faut répéter beaucoup avec ces acteurs là et les amener à rendre justement de manière aiguille, de manière professionnelle ce qu'on attend d'eux par rapport aux rôles qu'on leur a confié. Si on ne fait pas ça, je pense qu'on aurait raté encore une occasion de donner le bel exemple.

Réalisation : Henri MORGAN
Transcription : Ignace NATONNAGNON
 
22/02/2020
APPRENTISSAGE DE LA DANSE À PLUS DE 500 ENFANTS
Les fondamentaux de la pédagogie enseignés aux professionnels
21/02/2020
APPEL À CANDIDATURE DU PROGRAMME SEMIS 19/20
Opportunité pour les auteurs et metteurs en scène
21/02/2020
6ÈME ÉDITION DU FESTIVAL "EFFET GRAFF"
Faire des murs du Bénin, des musées à ciel ouvert
16/02/2020
PROJECTION DU FILM ESPAGNOL "ADÙ"
Le Bénin, un héros perfectible
18/02/2020
CÉLÉBRATION DES 30 ANS DE LA CFVN
La CEB appelle à la vigilance
16/02/2020
NATHALIE HOUNVO-YÈKPÈ PARLE DU SPECTACLE "25 DÉCEMBRE"
"Le texte m'a plu dès la 1ère lecture"
16/02/2020
DE L'ANONYMAT À LA CÉLÉBRITÉ
''DJ sommet des sommets'' vit un rêve éveillé
15/02/2020
PROMOTION DE LA DESTINATION BÉNIN
L'AJTB portée sur les fonts baptismaux
12/02/2020
PROJECTION DU FILM ESPAGNOL ADÙ À CANAL OLYMPIA
Juste pour dire MERCI aux autorités béninoises
06/02/2020
PROJET ROUTE DES PÊCHES
La phase 2 autorisée pour un littoral attractif
06/02/2020
RETENU POUR LE MASA 2020
"Vodoun, mon identité", d'Oshala en pleine récréation
03/02/2020
LANCEMENT DU LIVRE "SIN LIHO"
Pour une meilleure gestion de l'or bleu
NOS PARTENAIRES
À PROPOS DE L'AGENCE JLC
Contact
Agence JLC - Cotonou (Bénin)
Téléphone: +229 +229 97 91 04 81 / +229 94 30 22 28
contact@jaimelaculture.info
agencejlc@gmail.com
JLC n'est pas responsable des contenus prevenant des sites extérieurs
JLC © 2018 -
Design by The Head Communication