FLASH INFO
Menu
javascript
12/11/2019
TANDEM GAANI-TOURISME COMME UN PILIER DE CROISSANCE
Un patrimoine culturel immatériel marginalement capitalisé
Masques du Bénin / Artis

Dénomination : ADJOKÊ
Adjokê est un mot nago qui signifie quelque chose de précieuse qu'on doit en prendre so
 
TANDEM GAANI-TOURISME COMME UN PILIER DE CROISSANCE
12/11/2019 Pacôme Comlan ALOMAKPÉ
 
enquete
Un patrimoine culturel immatériel marginalement capitalisé
Une rencontre culturelle grandeur nature réunit à Nikki et chaque année, les communautés Baatonu, Boo, Haoussa et Peulhs auxquelles s’ajoutent des centaines de mille de Béninois et touristes venus des quatre coins du monde : C’est la Gaani. Cet événement festif, élément du patrimoine culturel immatériel béninois, représente une pertinente et potentielle matière première qui devrait faire objet de toute l’attention du gouvernement actuel qui fait du tourisme, un pilier pour la création de l’emploi, la croissance et le développement durable. 
La Gaani : un élément potentiel du patrimoine culturel immatériel du Bénin. Aucun doute ne se pose si l’on argumente que la Gaani, au-delà d’une simple fête, constitue un patrimoine culturel immatériel confirmé. Elle l’est pour être une manifestation multiséculaire, dans laquelle s’identifie et se définit, la conscience collective des communautés Baatonu, Boo, Haoussa et peulhs. Elle l’est en tant que événement festif, dont la célébration est ponctuée de rituels, de révélation de pratiques sociales, de valorisation des expressions orales d’une part et réalisée grâce à l’usage, des objets, des artefacts et des espaces culturels associés. Oui, la Gaani est un élément patrimonial. Elle l’est en grandeur nature, lourdement, majestueusement. Il est important de la découvrir en fondant l’analyse sur la définition de cette expression proposée par la convention 2003 de l’UNESCO.

En effet, la Gaani est d’abord une célébration culturelle, communautaire et identitaire. A ce titre, elle représente un événement festif dont la bonne facture se dénote de la densité de cette mobilisation qui se fait par les filles et fils des communautés Baatonu, Boo, Haoussa et Peulhs lors des festivités. Ces communautés organisées et hiérarchisées, font massivement le déplacement dans la ville de Nikki, cité impériale par exception et excellence. Cette ville constitue dès lors un espace culturel authentique où se déploient et se valorisent toutes les festivités de la Gaani. Au cours de la période festive liée à cet élément de l’héritage intangible béninois, les rois des dynasties Lafiarou, Kararou, Kpassi, Sin Korowé, les chefs des peuples soumis à l’empire de Nikki viennent des quatre coins de la région pour accomplir leur devoir séculaire : la présentation à l’autorité suprême des allégeances. Ce rituel qui se fait sur la cour impériale Sinamboko  est accompagné par les sons et rythmes de tambours sacrées et de trompettes dénommées « Kankangiou ou guèssèrè ». Ces objets aussi vieux que la fête de la Gaani sont joués par des musiciens de la cour impériale parmi lesquels se retrouvent les griots organisés en caste. Ce groupe social dont dépend l’animation de l’acoustique au niveau de la cour impériale est complémentaire de la caste des cavaliers qui eux aussi jouent un rôle fondamental dans le système impérial. Ils animent la danse aux chevaux et assurent la sécurité de l’empereur et des rois, l’accompagne dans la possession sacrée au cours de laquelle, l’empereur et à sa suite les cavaliers, les autres castes sociales visites les sites à savoir : Demandu ou mosquée impériale, Tem Yanku Bakaru ou arbre sacré, Dakiru ou tombes sacrées, Bantiaru, Danri ou palais impérial, Wénu ou capitale des Baatonu. Il est donc évident  que la Gaani est plus qu’une fête. Elle un héritage intangible, un patrimoine culturel immatériel. Elle constitue une rencontre des peuples, une réalité unificatrice des communautés. Mieux, c’est un instrument de solidarité, de pacification et de réarmement spirituel.  

Un  produit touristique sous valorisé et marginalement capitalisé

La Gaani telle que présentée plus haut  représente une curiosité exploitable et capitalisation à travers le schème des principes du tourisme notamment culturel, solidaire et créatif. C’est un événement festif révélateur de la destination Bénin en général et de la destination Nikki en particulier. Le menu qu’elle offre, la mobilisation des communautés qu’elle favorise et la convergence des activités qui en découlent, concert, foire, danse aux chevaux, rituel, possession, sont de nature à formaliser un produit touristique  de valeur et de bonne facture. C’est un élément patrimonial à forte contenance de matières premières prisées par les touristes qu’ils soient nationaux, ou étrangers. Mais avons-nous l’assurance que ce produit touristique est valorisé avec soin et capitalisé avec efficacité ? 

La réponse à cette question se fera en fonction des trois paliers de réflexion relatifs  à l’existence des infrastructures favorables au tourisme, l’organisation des acteurs du tourisme et la qualité de la présentation de l’offre. Si la cité impériale de Nikki dispose à travers la Gaani, un produit touristique grandeur nature, le paradoxe est que cette ville ploie sous le manque affreux de réceptifs hôteliers et d’espaces de loisirs et de distraction en qualité et en quantité. La période à forte présence de touristes dans la ville n’est accompagnée et soutenue que de deux centres hôteliers, Kpé Lafia et La Crèche avec une cinquantaine de chambres pour assurer l’hébergement des visiteurs. Ces deux infrastructures ne trouvent pas de relai en termes d’équipements culturels et de loisir comme des maquis, des bar-restaurants ou centres d’animation culturelle. Le système de transport mettant en connexion les hôtels et espaces de restauration et/ou de distraction est animé par des agents qui parlent majoritairement que les langues locales et font montre d’une présentation physique peu attrayante. Pire, la qualité des prestations fournies en restauration et en hébergement est fortement améliorable avec un besoin croissant de formation des agents d’hôtel, des cuisiniers... Cette formation aura tout le mérite d’apporter une valeur ajoutée aux acteurs du secteur touristique de la ville de Nikki si elle s’accentue sur l’hygiène, l’accueil, la langue…

Par ailleurs, les éléments constitutifs du produit touristique que représente la Gaani y compris les acteurs qui vendent ce produit à savoir les guides de tourisme, les communautés détentrices laissent libre cours à la cacophonie et à l’inorganisation. La mise en réseau et la formalisation de ce réseau constituerait une solution urgente à prendre en compte.  La Gaani est une valeur culturelle et touristique. Elle peut générer de ressources et assurer davantage, le rayonnement de la cité impériale de Nikki si les acteurs qu’ils s’agissent des autorités de l’administration centrale, des autorités de l’administrations communales, des communautés détentrices et des promoteurs touristiques se mettent ensemble et conjuguent leurs efforts sous la clairvoyance des professionnels du patrimoine et du tourisme pour mieux valoriser et mieux capitaliser cette destination de grand et beau pays, le Bénin.
 
12/11/2019
TANDEM GAANI-TOURISME COMME UN PILIER DE CROISSANCE
Un patrimoine culturel immatériel marginalement capitalisé
23/10/2019
CONSTRUCTION D’UNE USINE DE TEXTILE À SÈMÈ-KPODJI
Enfin une transformation efficiente du coton fibre local ?
10/06/2019
CONCOURS DÉPARTEMENTAL D'ÉCRITURE PLUMES DES COLLINES
L'appel à candidatures de la 2è édition, lancé
09/06/2019
GRAND PRIX LITTÉRAIRE DU BÉNIN
5 genres littéraires dans la course
15/04/2019
APPEL À CANDIDATURE
2ÈME ÉDITION DU "CONCOURS POUR RÉVÉLER LE PATRIMOINE TOURISTIQUE DE L’ESCL
06/04/2018
2 ANS DE GOUVERNANCE CULTURELLE A L’ERE DU NOUVEAU DEPART
Le tourisme s’éveille et la culture somnole
04/04/2019
PRIX RFI THÉÂTRE 2019
La course de la 6ème édition est lancée
29/03/2019
OPPORTUNITÉ / GERMES DE PENSEES / SEMIS 19-20
Les dossiers des acteurs attendus jusqu'au 05 avril
21/03/2019
SAMSON ADJAHO À PROPOS DE L'ADAPTATION DU ROMAN « POUR UNE POIGNÉE DE GOMBOS.» DE SOPHIE ADONON
« Je suis sûr que lorsque ce film sortira, il va marquer les béninois »
03/03/2019
BÉNIN FASHION WEEK 4
Trois jours de célébration de la mode béninoise
21/02/2019
RELANCE DU SECTEUR DES ARTS ET DE LA CULTURE
Un an après, les maux résistent aux mots
16/05/2016
OUSMANE ALEDJI A PROPOS DE L’INSTITUTIONNALISATION DU CNAC
« Aucun gouvernement n’y arrivera sans la culture »
01/02/2019
APPEL À CANDIDATURE DE FACTO 2019
Le compte à rebours est lancé
29/01/2019
ATTRAIT TOURISTIQUE À KOUANDÉ
"Le mont blanc", un patrimoine immense et apaisant
24/01/2019
JOUISSANCE DES DROITS DES AFFILIÉS À LA MAISON DE L’ARTISTE DU BÉNIN
Propositions juridiques et les spécificités occultées
10/01/2019
SOUTIEN DES PROJETS NOVATEURS POUR LE DIALOGUE INTERCULTUREL
Culture at Work Africa lance son 2ème appel à proposition
00/00/0000
EXPOSITION "MON PARCOURS" EN FRANCE
Un mois pour découvrir le Bénin et le Togo
NOS PARTENAIRES
À PROPOS DE L'AGENCE JLC
Contact
Agence JLC - Cotonou (Bénin)
Téléphone: +229 +229 97 91 04 81 / +229 94 30 22 28
contact@jaimelaculture.info
agencejlc@gmail.com
JLC n'est pas responsable des contenus prevenant des sites extérieurs
JLC © 2018 -
Design by The Head Communication