FLASH INFO
Menu
javascript
06/04/2018
2 ANS DE GOUVERNANCE CULTURELLE A L’ERE DU NOUVEAU DEPART
Le tourisme s’éveille et la culture somnole
Masques du Bénin / Artis

Dénomination : ADJOKÊ
Adjokê est un mot nago qui signifie quelque chose de précieuse qu'on doit en prendre so
 
RELANCE DU SECTEUR DES ARTS ET DE LA CULTURE
21/02/2019 Henri MORGAN
 
enquete
Oswald Homeky, ministre du tourisme, de la culture et des sports
Un an après, les maux résistent aux mots
Cinq mois après sa nomination, le vendredi 27 octobre 2017, à la tête du ministère du tourisme, de la culture et des sports, le ministre Oswald Homeky a posé un acte mémorable. Le mercredi 21 Février 2018 reste une date inoubliable pour le monde des acteurs culturels réunis à l'hôtel Golden Tulip pour découvrir "la stratégie de relance du secteur des arts et de la culture". Une  présentation a-politique qui est assortie d'un document pouvant permettre à chaque acteur de suivre la mise en œuvre effective des actions prévues par l'autorité. Même si le péché fut de présenter un  programme si ambitieux sans un chronogramme  clair et précis, il est de bon ton qu'après 12 mois, une pause soit faite pour mettre dans la balance les promesses et les réalisations ainsi que les défis qui restent à relever. Pour l'heure les mots mielleux n'ont pas encore réussi à changer le goût amer des maux qui minent le secteur des arts et de la culture au Bénin. Que devient le Bubedra? À quand le démarrage effectif des classes culturelles? Quid de la renaissance du Fitheb? Comment se porte le secteur du livre ? Et la saison artistique du Fonds des arts de la Culture ? Qu'en est-il de la participation des journalistes à la visibilité des arts et cultures à l'extérieur du Bénin ? Réponses dans cette enquête…
"Les performances restent en deçà du potentiel en raison de quelques problèmes persistants". Pertinente conclusion du ministre Oswald Homeky qui s'appuie sur l'analyse approfondie du secteur des arts et de la culture. Un diagnostic minutieux a permis à l'autorité d'énumérer ces problèmes qui minent le secteur. Il s'agit de l'absence de loi portant financement de la culture, de l'absence de cadre d’expression des talents, l'absence d’un mécanisme approprié de financement des projets artistiques et culturels, absence de couverture sanitaire (Assurance) pour les artistes et acteurs du secteur, faible visibilité de la culture béninoise au plan international, quasi-inexistence des marchés locaux et sous régionaux, quasi-inexistence d’une industrie culturelle et l'absence d’un mécanisme de renforcement des capacités et de financement des industries culturelles. "La stratégie de relance du secteurs des arts et de la culture" dont les actions sont reparties par discipline artistique, vient donc comme une solution magique pour redorer le blason du secteur.


Bubedra, des actions en sourdine pour des impacts futurs



Après le 21 Février 2018, date de sa présentation du plan de relance du secteur des arts et de la culture, le ministre Oswald Homeky a nommé le 11 Avril 2018, 30 nouveaux collaborateurs. Au nombre de ceux-ci, Cocou Eugène Aballo qui  impulse une nouvelle dynamique au Bureau Béninois du droit d'auteur et des droits voisins (BUBEDRA) dont il est le directeur. Les signes annonciateurs des reformes engagés sont perceptibles sur le site www.bubedra.org, qui quoiqu'en chantier, change un visage plus rayonnant à l'ère du numérique. "Aujourd'hui, nous avons conçu un fichier national des redevables du Bubedra avec la possibilité de mesurer le potentiel économique de ses usagers", s'en félicite le directeur interrogé sur le nouveau vent qui souffle au Bubedra. Qu'en est-il des engagements pris par le ministre Oswald Homeky le jeudi 21 février 2018 pour révolutionner le Bubedra ?
Sur la question de la dématérialisation de la collecte des redevances et la perception des droits, le directeur du Bubedra fait des confidences qui projettent un avenir reluisant pour l'institution et ses sociétaires. "Il y a un travail qui se fait et qui a déjà abouti en terme de propositions techniques et de notes conceptuelles. Mais avant la mise en œuvre de cette réforme, il fallait attendre l'approbation du nouveau statut portant AOF du Bubedra bouclé en septembre 2018. Ensuite, il faut la désignation des membres du Conseil. Ce processus est en cours et quatre sur sept sont déjà désignés. Et c'est le conseil d'administration, une fois installé qui va approuver le plan stratégique et valider le budget pour que je puisse démarrer sa mise en œuvre", explique-t-il. Au niveau de la dématérialisation de la perception des droits, Eugène Aballo précise qu'à titre expérimental l'institution a collecté auprès des sociétaires une centaine de RIB pour leur offrir la possibilité de percevoir leurs droits par virement bancaire. 
Pour ce qui concerne la création d’un Fonds Social des Artistes (FSA) il est prévu une prise en compte des artistes au niveau du programme ARCH. "Pour le compte des sociétaires, le Bubedra pourra payer les cotisations et pour ceux qui ne sont pas sociétaires, les options sont en étude avec le ministre Oswald Homeky" laisse-t-il entendre.
Quant à l'extension de la perception des redevances aux réseaux GSM, le directeur Bubedra précise que le Bubedra a leur déjà notifié la suspension des contrats qui s'ouvre sur le processus de révision des montants. "Au-delà des GSM, nous avons engagé la révision des contrats avec la Sobebra et la LNB" indique le directeur du Bubedra. Mieux, les avancées sont notées dans la mise en application effective de la loi sur les copies privées dont les fruits sont visibles après la validation du protocole d'accord entre la douane et le Bubedra. Somme toute, un travail de fourmi se fait pour offrir aux sociétaires du Bubedra, de meilleurs services pour leur mieux-être. Encore qu'il faut que les artistes sociétaires s'informent amplement sur leurs droits et devoirs.




Structuration en douce du secteur du livre



Tout comme au Bubedra, la Direction des arts et du Livre se porte bien avec Koffi Attédé qui apporte son expertise de jour en jour. Que faut-il mettre à l'actif de la DAL sur la base des engagements pris par le ministre Oswald Homeky pour le secteur du Livre ? Approché, le Directeur des arts et du Livre, Koffi Attédé met en exergue la reforme que constitue le "Grand prix littéraire du Bénin" présenté aux acteurs de la chaine du livre, le 15 novembre 2018 au Bénin royal hôtel. Selon ses confidences, le Salon internationale du livre au Bénin préalablement annoncé pour le 23 avril 2019 est reporté pour se tenir après les élections législatives de 28 Avril prochain. Le DAL Koffi Attédé rassure que la journée mondiale du livre et du droit d’auteur ainsi que de la foire internationale du livre se tiendront effectivement le 07 Novembre 2019. Mieux des actions discrètes sont menées pour permettre au Bénin d'être en phase avec les critères du programme Capitale mondiale du livre de l’Unesco. Par ailleurs, la direction des arts et du livre œuvre pour la concrétisation de la maison de l'artiste. Une reforme salutaire qui viendra structurer le secteur des arts et de la culture et valoriser l'artiste. Seulement, aucune information n'a filtré sur le nombre de centres de lecture et d'animation dont regorge le Bénin encore moins ceux qui ont pu être modernisés ou qui sont en voie de l'être. Par ailleurs, le projet de numérisation de la bibliothèque national n'a connu aucune avancée palpable. Au contraire, cette bibliothèque qui est la mémoire de l'histoire du Bénin est dans un état  qui n'honore pas le Bénin révélé.




La biennale du FITHEB 2020, c'est maintenant


Le fitheb 2018 est conjugué au passé. Mais ses souvenirs sont encore présents comme le goût amer de la nivaquine dans la bouche. Même le 229 Urban Vibes Festival qui a surgi, agi et disparu au bout de trois jours de grande euphorie, a eu à temps, les moyens de sa politique au moment où la tenue du Fitheb 2018 attendu 2ans plus tôt était encore dans l'incertitude. Une chose est à la fois incontestable et inconcevable, le Fitheb a souffert de manque de moyen même si le 17 Août 2018, jour mémorable du débat "à bâton rompu" avec les journalistes culturels, l'autorité a promis mobiliser les moyens pour un Fitheb digne du nom. Si le ministre Oswald Homeky peut dire avec fierté que les artistes sont bien payés sur le 229 Urban Vibes Festival, il ne peut s'enorgueillir de la même prouesse pour le Fitheb 2018. Car même le peu qui était prévu pour la majorité des différents acteurs qui ont fait l'événement, est resté impayé à ce jour. Cerise sur le gâteau, les journalistes culturels sont toujours en attende de leurs dûs. La 14ème biennale du Festival International de Théâtre du Bénin est tout sauf un "Fitheb sans improvisation" tel que promis par le ministre Oswald Homeky le mercredi 21 Février 2018. Elle est entachée d'imperfection aussi bien en amont, pendant qu'en aval. Mais alors, au lieu de s'attarder sur ceux qui doivent porter la responsabilité des couaacs du Fitheb 2018, c'est maintenant qu'il faut agir pour qu'en 2020, le "vrai Fitheb du nouveau départ" soit une réussite à nul autre pareil.



Et pour cause, le mandat des membres du Conseil d'administration du Fitheb installé pour un mandat de quatre ans, le jeudi 04 juin 2015, prend fin le 04 Juin 2019. Soit cinq mois et demi de la fin du mandat Erick-Hector Hounkpè, nommé en Conseil des ministres du samedi 21 novembre 2015 à la tête de la direction du FITHEB pour un mandat de quatre ans. Quand est-ce que la nouvelle équipe devant organiser la 15ème biennale du Fitheb sera installée et combien de temps disposera-t-elle pour relever le défi en Mars 2020, si tant est qu'un autre report n'intervienne. Une équation difficile à résoudre.



En effet, de sources concordantes, le Conseil d'administration doit ouvrir le processus de l'élection du prochain directeur du Fitheb, à six mois de la fin du mandat de l'actuel directeur du FITHEB. Soit au plus tard le 19 Juin 2019. Or, le mandat de l'actuel Conseil d'administration du Fitheb prend fin ce 04 Juin. Logiquement c'est un nouveau CA/Fitheb qui pourra conduire les éventuelles élections. Encore qu'il faut que ces futurs membres soient désignés pour rentrer dans leur fonction en Juin prochain afin d'éviter le piège de vide juridique. Dans cet imbroglio, on apprend de diverses sources que de nouvelles reformes sont en cours pour la "renaissance du Fitheb". Seulement un sacré mystère est entretenu autour de ces réformes dont le contenu reste insaisissable par la plupart des professionnels de théâtre contactés. "L'idéal est de donner un mandat au directeur un an avant l'édition qu'il doit organiser. Car pour une bonne organisation, il faut du temps pour la programmation, la communication et surtout la mobilisation des ressources (humaines, matérielles et financières..). La mise en place et la gestion efficace et efficiente de la logistique demande également du temps" indique Osseni Soubérou, ex administrateur du FITHEB, qui prévient que "le faire autrement exposera le Fitheb aux ratés auxquels on assiste de manière récurrente". Quelles sont donc les surprises que réservent les réformes en cours? Est-ce pour finir par la nomination pure et simple d'un nouveau directeur du FITHEB à l'image des actualités de l'UAC? Le temps édifiera.




Arts plastiques et 7ème art, quid des reformes



Le ministre Oswald Homeky a pris l'engagement de faire adopter le code de la cinématographie. Interrogé, Christian Noukpo Whannou, lauréat du Pitch Oif au Fespaco 2015 a confié que "l'adoption du code de la cinématographie est en bonne voie. Le texte a été toiletté. Le ministre a prévu un dernier atelier de relecture avant que le code ne soit réintroduit à l'Assemblée Nationale". Par ailleurs, les cinéastes interrogés n'ont pas connaissance d'un seul film béninois ayant bénéficié d'un soutien du MTCS pour accéder au marché sous-régional. 



Concernant les arts plastiques, le ministre Oswald Homeky a pris l'engagement de construire "une  galerie nationale des arts" et faire de la "subvention des galeries privées", une réalité. À propos de la construction de la galerie nationale d'art, le plasticien Éric Ahouansou confie que le président Patrice Talon, le ministre Oswald Homeky et celui du cadre de vie ont visité le Centre de promotion de l'artisanat où serait probablement érigée ladite galerie. "Faplag-Bénin et ses responsables sont incapables à l'heure actuelle de situer le site officiel qui abritera la Galerie Nationale d'art du Bénin encore moins son design architectural", laisse entendre le président Philippe Abayi qui garde espoir de la concrétisation de ce projet. À propos de l'effectivité de la subvention aux galeries privées, Éric Ahouansou estime qu'il serait informé si les choses ne se passent pas dans l'informel. Philippe Abayi estime que "le budget 2018 n'a pas prévu de subventionner les galeries privées". Il reste optimiste qu’un nouveau budget pour 2019 proposé par le ministre Oswald HOMEKY aura plus de raison à ne pas permettre que les fruits ne reflètent la promesse des fleurs.




Classes Culturelles encore à l'étape de projet



Le 21 Février 2018, le ministre Oswald Homeky a promis faire de la "détection, formation, promotion des talents à la base", une réalité notamment à travers les classes culturelles. L'objectif est de recruter, de former et déployer 356 encadreurs culturels dans les disciplines artistiques que sont le  chant, la danse, la musique et le théâtre. Déjà le 17 mars 2018, l'autorité a procédé au lancement de leur recrutement. Mais un an après, pendant que les classes sportives sont une réalité depuis l'année scolaire 2018-2019, les classes culturelles sont encore à l'étape de projet. À ce propos, Dah Hermas Gbaguidi relève une incohérence et indique les préalables qui s'imposent. "Soyons sérieux. On n'a pas recruté et on a publié la liste des potentiels encadreurs. Deux étapes sont nécessaires pour parler de recrutement à savoir : audition pour sélectionner le bon grain de l'ivraie puis formation des sélectionnés sur le curricula", se désole-t-il.



Étant donné que les classes culturelles sont encore à l'étape embryonnaire dans sa réalisation, on ne peut rêver de la "dotation en équipement adéquat pour l'animation des classes culturelles", " la mise en place des subventions pour l'organisation des concours départementaux et nationaux des Interclasses Culturelles en vue de la détection des talents" encore moins de "l'organisation des concours Inter-collèges de danses, chants et théâtres dans toutes les Communes du Bénin".




Non-visibilité du Bénin culturel à l'extérieur



L'un des points essentiels de la stratégie du plan de relance du secteur des arts et de la culture est la question de la visibilité des artistes et de leurs œuvres au Bénin et à l'extérieur. Et pour y arriver, le ministre Oswald Homeky a promis, pour une meilleure visibilité des artistes, le listing des festivals de référence ; l'appui à la participation des artistes et groupes béninois à ces festivals et la campagne média pendant et après leur participation aux festivals. Mieux, une nouvelle chaîne sports/culture et  tourisme devrait  être créée pour  entre autres, valoriser le patrimoine culturel, artistique et touristique dont regorge le Bénin. Un an après, les fruits n'ont pas tenu la promesse des fleurs. Non seulement, rien ne présage du projet de création effective d'une telle télévision mais sur la participation des artistes béninois aux festivals internationaux, du Février 2018 au Février 2019, la visibilité reste une question entière. De clap ivoire au Fespaco, passant par le Masa, Dak'art, Salon du Livre de Paris, Rica, Festival OCI, on note d'une part le manque "d'appui à la participation des artistes" et d'autre part la participation des artistes qui ont bénéficié du soutien de l'État. Mais dans tous ces cas à l'exception de Clap Ivoire où le CNCIA a adopté un confrère, aucun journaliste culturel n'a été sollicité pour "une campagne média" autour desdites expéditions tel que promis par l'autorité.




Le FAC et la saison artistique formelle



Après près de deux ans de léthargie, le ministre Oswald Homeky a fait de la résurrection du Fonds des Arts et la Culture, sa priorité dès sa prise de fonction. Ainsi, le mercredi 14 février 2018, une semaine plus tôt avant sa présentation du plan de relance, l'autorité a fait adopter en Conseil des ministres, le décret portant AOF du Fonds des arts et de la culture. Mieux, quelques mois après, le FAC est doté de son conseil d'administration dont les membres sont nommés en Conseil des ministres par le décret n°2018-367 du 22 août 2018 pour un mandat de 3 ans renouvelable une fois puis installés dans leur fonction le mercredi 12 Septembre 2018.



Contrairement aux habitudes antérieures, les nouvelles dispositions du FAC arrachent aux administrateurs le pouvoir de valider un dossier et donnent l'exclusivité au directeur général du fonds qui s'appuie sur les recommandations des commissions d'études de dossier. L'expérience du dernier trimestre de l'année écoulée a permis de financer une panoplie de projets dans toutes les disciplines artistiques. Mais dans la forme et dans le fond, il est nécessaire de faire le bilan, voir les imperfections pour améliorer la performance du FAC. D'où l'expression par la majorité des acteurs culturels de prendre part à une saison artistique formelle. Pendant que le DG/FAC Gilbert a poursuivi la tournée de sensibilisation des acteurs culturels, une kyrielle d'artistes déposent déjà leur dossier sans attendre le lancement de l'appel à candidature. De sources dignes de foi, plusieurs dossiers seront rejetés car le Conseil d'administration lors de la dernière session, a défini une nouvelle orientation du financement public. Par ailleurs l'opérationalisation effective du Fonds de Bonification ainsi que le paiement des dettes des artistes restent d'actualité.



Que faut-il faire pour plus d'impacts du Fonds des Arts et de la Culture ? Les acteurs culturels interrogés et qui requièrent l'anonymat proposent qu'un seuil soit fixé pour le financement des petits et gros projets et qu'une clé de répartition plus ou moins équitable soit définie pour offrir les mêmes chances aux artistes toutes catégories confondues.




Probables départs d'Oswald Homeky et Gilbert Déou-Malé



Les élections législatives sont prévues pour le 28 Avril 2019. C'est un secret de polichinelle que le ministre Oswald Homeky et le DG/FAC Gilbert Déou-Malé nourrissent des ambitions pour siéger à l'hémicycle. Si l'autorité s'active dans la 11ème circonscription électorale, le second, bras financier du MTCS quadrille la 10ème circonscription électorale. Tous les deux sont en passe de laisser la culture pour vraiment se consacrer à la politique une fois à l'Assemblée Nationale. Mais que deviendront les réformes contenues dans la stratégie de relance du secteur des arts et de la culture présentée le ministre Oswald Homeky, il y un an ? Encore trois mois et tout sera clair comme l'eau de roche.



Il faut préciser dans le cadre de cette enquête, un protocole d'interview est adressé au ministre Oswald Homeky qui s'engage par le biais des structures compétentes pour apporter des propositions de réponses au questionnaire.
 
10/06/2019
CONCOURS DÉPARTEMENTAL D'ÉCRITURE PLUMES DES COLLINES
L'appel à candidatures de la 2è édition, lancé
09/06/2019
GRAND PRIX LITTÉRAIRE DU BÉNIN
5 genres littéraires dans la course
15/04/2019
APPEL À CANDIDATURE
2ÈME ÉDITION DU "CONCOURS POUR RÉVÉLER LE PATRIMOINE TOURISTIQUE DE L’ESCL
06/04/2018
2 ANS DE GOUVERNANCE CULTURELLE A L’ERE DU NOUVEAU DEPART
Le tourisme s’éveille et la culture somnole
04/04/2019
PRIX RFI THÉÂTRE 2019
La course de la 6ème édition est lancée
29/03/2019
OPPORTUNITÉ / GERMES DE PENSEES / SEMIS 19-20
Les dossiers des acteurs attendus jusqu'au 05 avril
21/03/2019
SAMSON ADJAHO À PROPOS DE L'ADAPTATION DU ROMAN « POUR UNE POIGNÉE DE GOMBOS.» DE SOPHIE ADONON
« Je suis sûr que lorsque ce film sortira, il va marquer les béninois »
03/03/2019
BÉNIN FASHION WEEK 4
Trois jours de célébration de la mode béninoise
21/02/2019
RELANCE DU SECTEUR DES ARTS ET DE LA CULTURE
Un an après, les maux résistent aux mots
16/05/2016
OUSMANE ALEDJI A PROPOS DE L’INSTITUTIONNALISATION DU CNAC
« Aucun gouvernement n’y arrivera sans la culture »
01/02/2019
APPEL À CANDIDATURE DE FACTO 2019
Le compte à rebours est lancé
29/01/2019
ATTRAIT TOURISTIQUE À KOUANDÉ
"Le mont blanc", un patrimoine immense et apaisant
24/01/2019
JOUISSANCE DES DROITS DES AFFILIÉS À LA MAISON DE L’ARTISTE DU BÉNIN
Propositions juridiques et les spécificités occultées
10/01/2019
SOUTIEN DES PROJETS NOVATEURS POUR LE DIALOGUE INTERCULTUREL
Culture at Work Africa lance son 2ème appel à proposition
00/00/0000
EXPOSITION "MON PARCOURS" EN FRANCE
Un mois pour découvrir le Bénin et le Togo
00/00/0000
BÉNIN / CONCOURS <<LIRE, C'EST ÉLIRE>>
L'appel à inscriptions, lancé au profit des élèves
00/00/0000
FESTIVAL INTERNATIONAL DE DANSE AGOGO
La 10ème édition s'ouvre officiellement ce vendredi 11 Janvier
NOS PARTENAIRES
À PROPOS DE L'AGENCE JLC
Contact
Agence JLC - Cotonou (Bénin)
Téléphone: +229 +229 97 91 04 81 / +229 94 30 22 28
contact@jaimelaculture.info
agencejlc@gmail.com
JLC n'est pas responsable des contenus prevenant des sites extérieurs
JLC © 2018 -
Design by The Head Communication